L’erreur est de vouloir se débarrasser des émotions dites « négatives »

Il n’y a rien de spécial à faire avec les sensations, les pensées, les émotions.
Pouvons-nous simplement dire oui à tout ce qui se présente à nous ?
Pouvons-nous permettre à chaque instant d’être simplement tel qu’il est ?
La fin de la souffrance ne se situe pas dans un arrêt dans un temps futur plus ou moins long.
L’arrêt de la souffrance est au coeur même de la souffrance, dans un grand Oui avec ce qui se présente à nous.
Alors, dans ce grand oui la détente peut se produire.
Alors dans ce grand Oui demeure une sensation corporelle légère.
Alors dans ce grand Oui, il est perçu que la souffrance de départ n’est plus « douloureuse », « souffrante ».
Certes elle demeure ET la particularité est qu’elle a été épousée.
Elle a perdu son pouvoir de « fascination ».
Il n’en reste rien,
juste une transparence.
A cet Instant il y a Un sans deux.
Ce qui Est.
La beauté même

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.